Sonus Faber Sonetto 8 ou Olympica Nova 2



Pour ce nouveau match entre deux produits, Antony de Club Hifi Vendée s’est posé une question qui doit très certainement parler à plus d'un d'entre nous.

Au sein d’une même marque, quelle enceinte choisir : la plus grande de la gamme du dessous, ou la plus petite de la gamme du dessus ? 



D’un côté, nous avons l'enceinte « Olympica Nova II », plus petite colonne de la récente série “Olympica Nova”, ayant remplacé la gamme “Olympica”. 

De l’autre, nous  avons la « Sonetto VIII », la plus grande colonne de la série ayant succédé aux « Venere ». Il est à noter que désormais et contrairement aux Venere, l’intégralité de la production des Sonetto se fait en Italie.



Sonus Faber Sonetto 8 VS Olympica Nova 2 : une approche technique 

Une succession de chiffres ne remplacera jamais une écoute, mais commençons par étudier les fiches techniques de ces deux enceintes.



Sonus Faber Sonetto 8





Sonus Faber Sonetto VIII

La Sonetto 8 est une enceinte bass reflex 3 voies, avec un évent en dessous afin de faciliter son positionnement dans la pièce. 

Elle embarque un tweeter de 29 mm à technologie DAD et un médium en cône de 150mm, avec saladiers en fonte d’aluminium moulé. Ce duo médium / tweeter forme la fameuse « Voice Of Sonus Faber ». 



Medium Sonus Faber Sonetto 8



Les trois haut-parleurs de grave mesurent quant à eux 180 mm de diamètre et sont en aluminium, pour un maximum de vitesse et d’impact. 

La réponse en fréquence de la Sonetto VIII se situe entre 36Hz et 25kHz, avec une sensibilité annoncée de 90 dB. Enfin, la Sonetto 8 mesure 119 cm de haut, pour 28 cm de large et 42 cm de profondeur. Son poids unitaire est de 26 kilos.



Sonus Faber Olympica Nova II





Sonus Faber Olympica Nova II



L’Olympica Nova 2, est elle aussi une enceinte bass reflex trois voies.  

En revanche, l’évent est très différent de celui présent sur la Sonetto. En effet, il repose sur la technologie Stealth Ultraflex, héritage de la gamme supérieure « Homage Tradition ». Cela se traduit par un évent latéral vertical, positionné à l'arrière de l'enceinte. Il est orné d'une pièce en aluminium extrudée, facilitant la circulation de l'air tout en contrôlant sa vitesse et en réduisant les turbulences génératrices de distorsions. 



Sonus Faber Olympica Nova Event



Le tweeter à dôme en soie de 28 mm à technologie DAD ainsi que le médium en pulpe de cellulose sont eux aussi dérivés de la gamme « Homage Tradition ». 

Son haut-parleur de grave se voit quant à lui doté d'une conception en sandwich, avec une mousse syntactique prise au milieu de deux feuilles de pulpe de cellulose. 

La réponse en fréquence de la Nova II s’étend de 40 Hz à 35 kHz et sa sensibilité est de 88 dB. Elle mesure 104 cm de haut pour 36 cm de large, et 42 cm de profondeur. Son poids est de 31 kilos. 



Impressions d’écoute des enceintes 



Maintenant, il est temps de passer à l’écoute ! 

Afin d’éviter tout bouchon côté électronique, Antony jette son dévolu sur un système référence à ses yeux :



Ecoute des Sonetto VIII

Le premier morceau écouté est « For You » d’Angus et Julia Stone sur l'album Down The Way.

L’ensemble est très cohérent, la voix est à sa place même si Antony aurait souhaité la matérialiser davantage dans la pièce.

 La scène sonore est très large, avec beaucoup d’ampleur et de facilité se dégageant de l’ensemble, notamment quand batterie, cordes et voix se superposent autour des 3min30 de la piste.

 



Le second morceau est «  La donna è mobile » de Michael Fabiano sur l’album Verdi & Donizetti : Opera Arias.

 Les cordes et la voix sont très lisibles et sans dureté. La capacité de l’enceinte à tenir les écarts dynamiques est bonne et l’équilibre tweeter-médium est vraiment très bon. La démonstration vocale en fin d’œuvre qui peut être une véritable épreuve pour un système hifi, n’est pas dure pour l’oreille, et ce quel que soit le niveau d’écoute.

 



Le troisième et dernier morceau est « Africa » de Julien Doré sur l'album Vous & Moi.

La présence du piano et l’holographie de la voix sont vraiment agréables et le médium s’articule avec beaucoup de cohérence. Lorsque la voix de Dick Rivers intervient, la descente dans le spectre nous conduit vers des sonorités un peu plus froides.



Ecoute des Olympica Nova II 

Reprenons le même exercice avec les « Nova II ».

 

Dès les premières notes de « For You », on constate qu’il y a davantage de matière, aussi bien sur les cordes que sur la voix. L’assise dans le bas du spectre est correcte sur la batterie. Quant à la spatialisation de l’ensemble, elle est nettement supérieure qu’avec les « Sonetto VIII ».



Sonus Faber Olympia Nova 2

 

Sur la « Donna è mobile » c’est en premier lieu l’ampleur de la scène sonore qui frappe Antony. Positivement, évidemment. La musique remplit l’espace avec tellement de facilité. Les cordes sont moins sèches et Antony se surprend alors à machinalement monter le volume, afin de rentrer davantage dans l’oeuvre. Il découvre une profondeur dans la voix qui jusqu'alors n’avait pas retenu son attention.

 

Sur la voix de Julien Doré, la complexité de son timbre apparaît dans toute sa splendeur. Nous retrouvons un côté suave que nous n’avions pas autant dans la précédente écoute. A l’entrée en scène de Dick Rivers, la transition se passe avec beaucoup de douceur et de finesse. Le tambour dans le bas du spectre est en revanche moins modulé qu’avec la « Sonetto VIII ».



Alors … Sonetto VIII ou Olympica Nova II ?



Fort de ces deux écoutes intéressantes, il est temps pour Antony de conclure. Et à ses oreilles, le résultat est sans appel. 

Les “Sonetto VIII" sont certes particulièrement agréables et offrent une restitution de très bon niveau mais elles n’ont rien de commun avec les « Nova II ». 

Bien que les « Nova » soient un peu plus courtes dans le bas du spectre,  l’ensemble des transitions grave/médium/aigu est supérieur et la propulse clairement un rang au dessus.

 

Vous l’avez compris, le choix d’Antony se porterait donc sur les Olympica Nova II pour leur écoute plus douce. Et afin de parfaire l’ensemble, il y adjoindrait certainement un caisson REL S510, avec le réglage ad hoc.



Et vous quel serait  votre choix ?

 

Les Sonetto VIII et Nova II sont disponibles à l’écoute dans nos magasins Club Hifi Bordeaux et Club Hifi Vendée, alors n’attendez plus et venez vous faire votre propre avis !